RSS


« Tremblez car seul votre sang apaisera notre colère. »
 

Partagez | .
 

 « Le bonheur que l'on attend est plus beau que celui dont on jouit... » [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Patte d'Or« Chaton du clan de la Terre »
Messages : 409
Date d'inscription : 24/12/2013
Âge : 19

Feuille de Guerrier
Expérience :
0/0  (0/0)

MessageSujet: « Le bonheur que l'on attend est plus beau que celui dont on jouit... » [Libre]   Lun 7 Juil - 0:28



Le bonheur que l'on attend est plus beau que celui dont on jouit...
Libre

Le Soleil qui se lève. La Lune qui a disparu. Les étoiles qui disparaissent. L’aube qui naît. La lumière qui émane du Soleil et qui, grâce aux rayons de celui-ci, éclaire toute la forêt est louée par tous les chats de Clans. Tous, sauf moi. Pourquoi est-ce que je n’aime pas cette lumière et ce foutu Soleil ? Parce qu’il me réveille. Parce qu’il me ramène à la misérable vie que j’ai. Cette vie que ma mère me construit si gentiment. Enfin presque. Si l’on met du côté gentil, la mauvaise réputation, les injustices et les punitions injustifiées. Bref, je mène une vie de rêve. Quittant mes songes sans le vouloir, je me réveille. Mes yeux s’entrouvrent se referment aussitôt. La lumière de ce fichu Soleil me dégoûte et m’agresse. En plus de me réveiller, elle m’importune avec sa luminosité trop puissante. Après plusieurs tentatives, je parvins à discerner les formes qui m’entourent, d’abord floues, puis nettes. Je regarde tout autour de moi, sans même bouger une moustache. Je ne vois que les corps endormies de celles et ceux qui partagent la pouponnière avec moi. A mes côtés, ma mère blottit contre mon frère, un peu plus loin, je peux voir une chatte avec qui j’ai déjà parlé, Boule de l’Ange. Elle, elle a été la première à être gentille avec moi. Je pense que je ne l’oublierais pas. Les autres ? Je ne connais pas leurs noms. Je n’y peux rien. Et puis à quoi bon ? Je m’en fiche après tout. Ils ne m’aiment pas. Ils ne s’intéressent qu’aux mensonges de ma mère. Alors je me fiche d’eux et ne les aime pas non plus. Après quelques temps d’observation. Je me lève en douceur. Je n’ai pas envie de réveiller ma stupide et méchante génitrice. Je m’échappe, sans autorisation, de la pouponnière. Une fois dehors, je me sens mal. Je n’aime pas désobéir à ma mère. Je n’aime pas parce qu’elle me gronde et me punit. M’enfin, elle n’a qu’à se lever en même temps que moi. C’est ce que n’importe qu’elle autre mère ferait. Alors pourquoi elle ne le fait pas ? Pourquoi est-ce qu’elle ne m’aime pas. Suis-je laide ? Peut-être est-ce que c’est moi le problème, peut-être qu’elle ne m’aime pas parce que je suis méchante. Mais le suis-je réellement. Je ne sais pas. Je ne pense pas. Peut-être que oui. Peut-être que non. Soupirant malgré moi. Je laisse mes pattes me porter derrière la pouponnière. Là, je suis tranquille pour un moment. Même si maman sort, elle ne me verra pas. Du moins, elle mettrait un certain temps avant de me trouver. Et ça tombait bien, je voulais être seule. Même si, quelque part, je l’étais également dans la pouponnière, puisque personne ne me parlais. Disons que je préférais l’air pur qui se trouvait dehors plutôt que l’air oppressant de l’intérieur de la pouponnière. Et je pense que le pire, c’est qu’à l’intérieur, je suis à côté de ceux qui me font du mal tous les jours. Ceux qui sortent des méchancetés sur moi à cause de ce que ma mère dit. Bref, rien ne me retiens dans cet endroit. D’ailleurs, rien ne me retiens dans ce Clan. Ah si ! Mon envie de prouver que je ne suis pas tel que ma mère me décrit. Je ne suis pas la personne indisciplinée et qui ne fait que des âneries à longueur de journée. Je ne suis pas cette solitaire dans l’âme. Du moins, je ne l’étais pas. J’avoue que je le suis un peu devenue. Mais à cause de qui ? Pas à cause de moi en tout cas. Disons que ma mère m’a légèrement graissée la patte. M’enfin. Maintenant, je me plais dans cette solitude. J’ai trouvé le seul moyen qui existe pour faire ce que je veux sans risque. Penser. Cela paraît vraiment simple et stupide, mais je ne peux faire ce que je veux que dans ma tête et dans mes rêves. Dans la réalité, je suis prisonnière. Prisonnière du moindre geste à cause d’une personne. C’est à se demander pourquoi est-ce que je suis née. Crachant contre le destin, je me mis à lever la tête vers le ciel et à adresser une prière silencieuse au Clan des Étoiles. *S’il vous plait. Aidez-moi. Faite que ma mère comprenne le mal qu’elle me fait et surtout montrez lui qu’elle se trompe sur toute la ligne.* Est-ce que ce Clan mythique allait m’écouter ? Pour moi, comme pour d’autres félins, c’était un Clan emplit de Dieux. Pour moi, c’était les seules personnes étant capables de faire entendre raison à ma mère. Ils étaient ma dernière chance. Et pour le coup, ils semblaient avoir d’autres chats à fouetter et d’autres problèmes à régler que ceux d’une chatonne du Clan du Terre. Ils devaient bien s’en faire en fait. Elle n’était pas en danger de mort, du moins pas de mort physique. Une mort morale longue et douloureuse, oui, mais est-ce que le Clan des Étoiles est vraiment capable de voir cela ? Je ne sais pas. J’espère. J’espère que je n’aurais pas à attendre encore des lunes et des lunes pour redevenir blanche comme neige. Encore bien des pensées se mêlèrent à mon esprit, des pensées morbides, sombres, blessantes, mais aussi des pensées d’espoir.

© Codage par Waize rien que pour sa Patoune ♥



Dernière édition par Patte d'Or le Lun 25 Aoû - 21:34, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Plume de Broussaille« Lieutenante du clan de la Terre »
Messages : 857
Date d'inscription : 05/05/2012
Âge : 18

Feuille de Guerrier
Expérience :
508/2500  (508/2500)

MessageSujet: Re: « Le bonheur que l'on attend est plus beau que celui dont on jouit... » [Libre]   Sam 13 Déc - 12:36

Hors RPG:
 

C'etait une belle journee ensoleillee. Le Clan se reveillait doucement sous les rayons du soleil levant. Autrefois, une journee comme celle-ci aurait egaye tous les coeurs. Mais depuis l'incendie, plus rien n'etait pareil. Plume de Broussaille etait neanmoins optimiste de voir ce soleil. Les proies sortiraient bientot de leur terrier et le Clan pourrait bien manger. Les felins du Clan etaient loin d'etre maigres, leurs os ne saillaient pas. Mais, normalement, en cette saison, les chats avaient le ventre bien rempli et le poil lustre.

La lieutenante sortit donc de la taniere des guerriers. Elle voulait sortir chasser. La veille, elle avait organise toutes les patrouilles jusqu'au midi, elle aurait donc le temps de revenir pour organiser les suivantes. Autrefois, elle chassait souvent avec son apprentie ou un camarade. Mais elle n'avait plus d'apprentie, et quant au camarade... Non, il ne fallait pas penser a lui. Ce qui etait perdu l'etait a jamais et il ne reviendrait pas. Il avait peri comme tant d'autres de ses amis - et meme plus que de simples amis - et parfois elle se demandait si elle etait condamne a finir sa vie seule.
Mais qu'ai-je fait au Clan des Etoiles pour meriter ca ?
Rien, repondit le silence en echo. Elle n'avait rien fait mais elle devait subir. Ainsi etait faite la vie. Il y avait des jours ou elle pensait toute la journee a ses devoirs envers le Clan, l'organisation des patrouilles, la garde des frontieres, la chasse, les litieres a changer depuis qu'il n'y avait plus d'apprentis. Le Clan vieillissait. La taniere des anciens se remplissait egalement des mutiles de l'incendie, ceux que meme la plus talentueuse des guerisseuse ne pourrait soigner completement. Heureusement, il y avait les chatons.
Les chatons...

Quand elle n'etait qu'une apprentie, Plume de Broussaille voulait devenir chef et ne pas avoir de petits, consacrer toute sa vie au Clan. Puis les choses avaient change, elle avait rencontre une personne - ou peut-etre deux - avec qui elle aurait sans doute souhaite en avoir. Mais elle n'avait jamais connu assez longtemps l'etre aime pour que ce simple reve devienne realite. Et parfois, elle aurait aime etre a la place de ces reines dont le seul souci etait de savoir si leur petit ne s'etait pas fait mal pendant ses jeux, ces femelles dont les yeux brillaient lors des baptemes de leurs progenitures. Elle avait pu connaitre cette fierte en tant que mentor mais elle voulait plus. Plus qu'avoir des responsabilites de lieutenante et de chef car un jour, elle le deviendrait sans doute. A vrai dire, elle ne savait pas si elle le voulait vraiment. Elle voulait vivre insouciante, s'occuper de ses petits, les choyer, les nourrir, les eduquer sans se preoccuper des tensions interclaninques. Parfois, elle enviait la vie des chats domestiques et solitaires sans soucis, sans combats, sans morts...

Toute a ses pensees, elle tourna la tete en direction de la pouponniere et remarqua une petite boule de poil qui s'etait un peu eloignee du buisson. Elle s'appretait a la reprimander gentiment pour lui dire de se recoucher quand elle la reconnut.
Patte d'Or !
C'etait une petite tres differente des autres. La lieutenante passait beaucoup de temps a regarder jouer les chatons de son Clan, a defaut d'avoir les siens, elle considerait ceux des autres comme tels. Elle avait remarque cette petite, d'abord, en raison de son nom. Elle avait connu une autre Patte d'Or, une chatonne bouree de qualites, de douceur et de gentillesse. Elle l'avait prise sous son aile et c'etait cette premiere rencontre qui avait eveille en elle l'instinct d'une mere ainsi que l'envie d'en etre une un jour. Malheuresement... elle avait fini comme bien d'autres... Cette Patte d'Or, celle qui se tenait devant la pouponniere, se distinguait des autres par sa solitude. Loin de se meler aux combats des chatons, elle restait dans son coin. Elle ne semblait pas heureuse, pourtant, elle avait une mere et un frere.

Remettant a plus tard sa partie de chasse avec la solitude, la femelle aux yeux d'ambre decida d'aller voir cette petite pour lui parler. Elle etait bien placee pour savoir que la solitude pouvait etre une amie fidele mais elle savait egalement qu'a force de s'enfermer dans une bulle d'idees noires, on deperissait de plus en plus. Et puis cette chatonne etait la seule membre du Clan a qui elle avait envie de parler car elle lui ressemblait un peu, bien qu'a cette age-la, elle etait une boule de poils chahutante et excitee qui passait son temps a jouer. De plus, son devoir de lieutenante l'inciter a ecouter les problemes de chaque membre de son Clan. Mais quelque part aussi, c'etait un instinct de mere, bien qu'elle ne l'avait jamais ete et ne le serait sans doute jamais, qui la poussait a aller la voir. Elles pourraient peut-etre s'aider mutuellement. Elle s'avanca donc vers la petite et la salua gentiment :

Bonjour Patte d'Or. Comment vas-tu ?




Marchi ma n'Igloo, c'est magnifique !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendair-alysia-rpg.lebonforum.com/
 

« Le bonheur que l'on attend est plus beau que celui dont on jouit... » [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» #_celui qui dit que l'argent ne fais pas le bonheur ne savais pas ou faire les boutiques (a')
» SOS Refuge "Aux Bonheur des 4 Pattes"
» La cuisine du bonheur
» Bonheur d'être grand-père
» La beauté n'attend pas... [2 filles recquises]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wars Melodies :: Clan de la Terre :: Le Camp Terrestre :: La Pouponnière-