RSS


« Tremblez car seul votre sang apaisera notre colère. »
 

Partagez | .
 

 Et ça fait mal, crois moi, une lame enfoncée loin dans mon âme. | Flamme Sauvage • Etoile d'Aurore • Souvenir Perdu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Nuage de Bulle« Apprentie du clan du Sable »
Messages : 593
Date d'inscription : 17/07/2012
Âge : 19

Feuille de Guerrier
Expérience :
400/2500  (400/2500)

MessageSujet: Et ça fait mal, crois moi, une lame enfoncée loin dans mon âme. | Flamme Sauvage • Etoile d'Aurore • Souvenir Perdu   Dim 9 Mar - 16:05


Non. Non… Non ! Elle ne pouvait pas y retourner ! Elle serait la honte du clan ! Ne pas réussir à ce défendre face à un croûton machiavélique, acclamez celle qui devra défendre son clan contre des guerriers dix fois plus vigoureux ! Non, elle n’allait pas rentrer. Elle pouvait très bien survivre comme elle le faisait depuis bientôt un quart de lune, à la solitaire. C’est bête, revenir aux origines à cause d’un pauv’ abruti, alors qu’elle s’était faite une petite place dans le clan. L’avantage de toute ça, c’est qu’elle s’améliorait ! Sa position de chasse, même si elle était encore digne de son rang, lui permettait d’attraper deux proies sur trois ! Oui, bon, elle avait attrapé que 2 proies, mais y fait froid et c’est chaud de trouver du manger sur un sol encore un peu cramé.

La jeune chatte continuait de marcher dans les territoires du sable. Autrefois, elle aurait dit qu’elle y trouvait plus de sécurité que dans les terres communes, mais ça, c’était avant. Le seul facteur qui influait sur le fait qu’elle reste sur ses terres, s’était sa connaissance des lieux. Elle savait à peu près nager dans la mer, courir dans le sable, et elle avait déjà arpenté le territoire plusieurs fois. Elle le connaissait. Les terres communes, elle les avait visitées une ou deux fois, à l’occasion, mais elle préférait rester ici. Tant qu’Etoile d’Aurore ou sa mentor ne l’aurait pas officiellement bannie, elle pourrait rester ici.

D’ailleurs, c’est deux la allaient lui manquer. C’était pas vraiment une famille pour elle, mais depuis le départ de Petit Ange, elles avaient été celles qui l’avaient aidé à s’intégrer. Elles allaient surement être déçues. Surtout Flamme Sauvage. Elle s’était investit dans son apprentissage, pour quels résultats ? À la première attaque, elle n’ait pas capable de s’en sortir. Mais ce n’était pas elle qui était en tort. Elle avait déjà formé des guerriers à en devenir, Nuage de Sable était maintenant une guerrière qui avait fait ses preuves. Et celui qu’elle avait le plus peur de décevoir, c’était surement Souvenir Perdu. Il avait intégré le Sable sous les conseils de la novice. Elle avait accepté de devenir son amie, de l’aider à trouver sa place. Il allait croire que ce n’était que des paroles en l’air, des promesses qu’elle n’avait jamais eu l’intension de tenir. Il allait peut-être la détester, il aurait raison, après tout. Mais elle ne voulait pas qu’on l’a prenne pour une menteuse, surtout pas lui. Si elle avait l’occasion de le lui dire avant de se faire bannir, elle la saisirait, assurément.

Elle sauta de son arbre creux, chêne qu’elle avait repéré quand elle avait fui. Un ancien nid de chouette lui assurait une paillasse plus ou moins confortable, mais qui faisait largement l’affaire. Elle était nerveuse, guettant le moindre signe d’une patrouille, ou que sais-je encore. Elle devait retourner chasser, son ventre vide lui donnait autant de force qu’à un escargot centenaire, à peine de quoi sauter, et juste assez pour courir… quelques secondes, vive la jeunesse. Mais comme ses trois chasses précédentes, elle avait beaucoup de mal à tuer son gibier. Il n’était pas sien, il aurait dû être pour les reines et les anciens, elle n’était pas encore étrangère au clan, et manger avant ses ainés était une infraction au Code du Guerrier. Même si Etoile d’Aurore passait l’éponge sur ses faiblesses, sur le fait qu’il y aurait peut-être des bâtards Sable-Ciel dans ses rangs, est-ce que ses bavures envers nos ancêtres ne la dégouteraient pas ? Si… Et si malgré ça, elle lui proposait de revenir dans le camp, elle le ferrait… ? Aïe, bobo le crâne.

Finalement, la loi du plus fort et toujours la meilleure, et le plus fort, c’est la faim. Cachée entre les feuilles d’un buisson, elle observait les mouvements de la forêt, sans se concentrer sur un point précis. Un mouvement, en haut. Elle leva juste ses iris bleues vers le ciel, le temps de voir un rouge-gorge se poser sur une branche basse. Enfin, basse… Pour Nuage de Bulle, s’était trop haut pour le peu d’énergie qu’elle pouvait fournir. Elle fixa l‘oiseau  avec envie, avant de re-regarder en face. Un deuxième mouvement du côté du piaf. Devrait-elle rejeter un coup d’œil ? Elle s’y risqua. Il venait de se poser sur l’humus pour chercher sa pitance. Un point commun. Elle le fixa et son corps pris la position du chasseur presque tout seul. Elle se prépara et sauta sur le gibier. Pas assez vite. Le volatile s’envola et la chatte se ramassa en beauté. Grace, so much grace… Elle se releva et regarda son pelage. Du sang sec et de la boue collait déjà plusieurs touffes de poils entre elles. Elle passa vite fait un coup de langue mais renonça à faire plus, à quoi bon.

Elle fixa pour la troisième fois devant elle, dans le vague, mais aucuns mouvements… Elle se retourna penaude et avança un peu pour trouver un nouveau terrain de chasse. Elle vit un fourré de fougère (dur à dire) ou elle se glissa. Et c’est reparti, regard en face et attendre de percevoir un mouvement. Mais cette fois, se fut un bruit de frottement derrière elle qui attisa sa curiosité. Elle tourna la tête doucement sans frotter les frondes et une odeur la fit se figer. Des chats de clan du Sable, de son clan.


Dernière édition par Nuage de Bulle le Ven 30 Mai - 4:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://laguerredesclans-anc.lebonforum.fr
avatar
Flamme Sauvage« Lieutenante du clan du Sable »
Messages : 2672
Date d'inscription : 30/06/2012
Âge : 20

Feuille de Guerrier
Expérience :
909/2500  (909/2500)

MessageSujet: Re: Et ça fait mal, crois moi, une lame enfoncée loin dans mon âme. | Flamme Sauvage • Etoile d'Aurore • Souvenir Perdu   Lun 10 Mar - 20:31


Le soleil était bien haut dans le ciel dégagée. Il dardait ses rayons réconfortants, ramenant l'espoir que la vie allait bientôt repartir, et la nature réclamer ses droits. Ce temps remontait le moral de beaucoup de félins vivants dans la forêt. Les organismes reprenaient force et vigueur, et les sourires fleurissaient. Pourtant, ce n'était pas le cas de tout le monde.
Cela faisait à présent un quart de lune que mon apprentie n'était pas revenue au Clan. Elle n'avait prévenu personne, même pas moi. J'étais triste, triste de ne pas avoir pu déceler quelque chose dans son comportement qui aurait pu m'alerter. Nuage de Bulle m'était précieuse. Elle était ma petite protégée, et je la chérissais comme une petite soeur. Alors, son absence m'inquiétait énormément. Elle n'était d'ailleurs qu'une apprenti encore. Certes, elle possédait de nombreuses ressources, et était capable de beaucoup de surprise, mais les temps étaient durs, et je n'avais aucune idée de son état actuel. Chaque jour, je scrutai l'entrée du camp, et dès que la végétation la protégeant frémissait, j'espérais la voir traversant le camp, et nous dire : Je suis rentrée ! Son enthousiasme me manquait, et je ne supporterai pas l'idée qu'il lui soit arrivé quelque chose.
Mais aujourd'hui ne serait pas comme d'habitude. J'avais attendu bien trop longtemps. Mon rôle de lieutenante m'avait obligée à rester au camp, mais à présent, je profitais d'un moment de libre pour filer dans la forêt, à la recherche de ma précieuse novice. La truffe à l'air, analysant toutes les odeurs qui lui passaient sous le nez, je courais à travers les arbres dénudés. Je venais à peine de sortir, mais je me sentais déjà essoufflée. Allez, respiration, expiration, calme... Je devais le savoir depuis le temps : on ne fait rien de bien dans la précipitation et la panique. Je souris faiblement : et dire que c'était moi qui n'appliquait pas les conseils que je donnais à mes apprentis. J'étais une drôle de mentor, n'est-ce pas ?
Enfin calmée, je me concentrai sur mon environnement. Un indice pouvait être partout, et j'avais dû passer à côté de beaucoup d'entre eux. Je ne pouvais plus me permettre d'agir de manière irréfléchie. Mon regard tomba sur l'écorce d'un arbre non loin. Des traces de griffures s'y trouvaient. Un félin qui avait loupé sa proie ? Un affrontement ? Ca n'avait surtout pas l'air d'être une trace de patrouille.  Nuage de Bulle... J'inspirai l'effluve des marques, et décelais effectivement son odeur, assez tenue. Elle était bizarre, mais je ne sus pas sur le coup dire en quoi exactement. Je repérai un peu plus loin, un buisson portant également l'odeur de ma novice, tout aussi faiblement. Elle ne se trouvait plus à cet endroit, mais elle était passée par là. J'avais un point de départ au moins.
Cela faisait quelques temps déjà, que j'avais remarqué les premières griffures. Plus je m'étais enfoncée sous le couvert des arbres, plus l'odeur de Nuage de Bulle emplissait l'air ambiant. Je touchais au but, et ma détermination s'enflammait. Elle n'était décidément pas loin, mais impossible de la voir. Je fermai les yeux, et remua les oreilles. Mon cerveau décrypta un à un tous les bruits qui y parvenaient. Un oiseau, un mulot qui gratter pas loin... Des fourrés qui frémissaient... Les fourrés ! Elle se cachait, ça paraissait logique ! Sans faire le moindre bruit, je m'approchais sans bruit d'une masse de fougère. La fragrance de mon apprentie m'emplit les narines... Ainsi que sa peur. Mon coeur se serra : mon apprentie... mon amie avait peur, et j'en ignorais la cause. Ca m'était tout bonnement insupportable. Je m'arrêtai à proximité des plantes. Je levai ma tête jusqu'alors baissée, ravalant mes larmes naissantes, et déclara d'un ton rassurant :

- Je suis contente de t'avoir retrouvé Nuage de Bulle. Tu ne peux pas savoir à quel point je me suis inquiétée.



Délire:
 

Cadeaux:
 

Ca, c'est moi et anaki. Devinez qui est qui 8D:
 



Dernière édition par Flamme Sauvage le Mer 18 Juin - 16:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Étoile d'Aurore« Cheffe du clan du Sable »
Messages : 3354
Date d'inscription : 20/12/2011
Âge : 19

Feuille de Guerrier
Expérience :
1530/2500  (1530/2500)

MessageSujet: Re: Et ça fait mal, crois moi, une lame enfoncée loin dans mon âme. | Flamme Sauvage • Etoile d'Aurore • Souvenir Perdu   Ven 25 Avr - 15:29

Oh dieux. Qu'était-elle devenue cette belle feline à la tête haute, au port altier et au regard plein de tendresse. Cette femelle jeune et magnifique, blessée par son passé mais heureuse d’être là où elle en était aujourd’hui. Cette reine au pelage fournis et luisant, au corps de rêve fin et nerveux, au visage doux et maternel. Cette lumière dans le noir, cette chaleur douce et tendre. Qu’était-elle devenue ? Où était-elle passé ? S’était elle égarée dans les tréfonds de son âme, au plus profonds des abysses noires et impénétrables de son esprit tortueux et noué ? Elle ne savait pas, elle ne savait plus. En ce moment même, dans son esprit sombre, sans la moindre faille de clarté elle ne croyait plus en rien. Elle ne croyait plus en personne. Même plus en elle.

Etoile d’Aurore avait honte d’elle même. Du plus profound de son être elle se haïssait plus que tout. Sans son Coeur, délité en milliers de morceaux elle se sentait vide. Sans l’amour qui pulsait dans ses veines elle se sentait morte. Elle tentait d’échapper à sa conscience qui l’étouffait en se débattant. La nuit elle cherchait à s’accrocher à quelque chose, elle raclait la pierre lisse de son antre, se brisant les griffes dessus et y laissant de nombreuses entailles profondes. Elle se débattait au point de mordre ses pattes, de déchiqueter sa propre chaire, de se mutiler pour ne pas sombre dans l’eau étouffante de sa raison qui lui glissait entre ses pattes abîmées. Elle se sentait dénuée de sentiment, comme si elle n’était qu’un’ carapace sans âme ni raison, comme si elle n’était rien d’autre ce que maudit caillou où elle avait fait son deuil d’elle même. Elle avait l’habitude de sentir le gout du sang dans la bouche à force de mordre sa langue pour ne pas crier et alerter les siens. Ses yeux ne brillaient plus, ils étaient recouvert par une sorte de voile opaque qui jurait avec leur éclat émeraude. Elle était tout simplement devenue une automate, accomplissant les gestes non plus par envie mais par devoir. Elle n’était rien d’autre qu’une sorte de machine, sortant à peine de son antre, uniquement pour les baptêmes. Flamme Sauvage allait la voir parfois où s’était elle qui venait à sa rencontre. Elle lui adressait quelque parole sur l’organisation des patrouilles et elle se retirait à nouveau dans son sanctuaire de douleur. Parfois, la nuit, elle allait sur la plage et regardait l’eau aller et venir en tourbillons d’écume rageurs. Elle fermait les yeux ensuite et savourait la caresse du vent dans sa fourrure. Elle laissait quelques parcelles de paix rentrer en elle avant de se trainer à nouveau au fin fond de son repaire. Elle savait que ça passerait. Qu’un jour elle serait de nouveau assez forte pour regarder en arrière et pour reprendre sa route vers l’avant. Mais aujourd’hui elle avait besoin de stagner un peu, de rester immobile sur le chemin de sa vie pour faire le point. C’était douloureux certes. Insupportable même, mais nécéssaire. Elle avait besoin de cette phase atroce de sombrement pour pouvoir être à nouveau resplendissante. Elle croyait avoir gagné, elle avait tout perdu. Il ne lui restait rien, plus rien de son bonheur d’avant. Quand elle regardait ses guerriers elle les haïssait. Tous jusqu’au dernier. Elle ne voulait plus d’eux, elle ne voulait plus être leur chef. Ca aussi ça passerait. Un jour elle ne les haïrait plus eux, seulement les autres. Et à partir de ce jour là, l’Etoile qu’elle était pourrait de nouveau briller dans le ciel et le Clan du Sable sera plus puissant que jamais. Elle en était sûr.

Ce matin là, tout était pareil. Comme chaque jour depuis longtemps maintenant. Elle entendait l’agitation dehors mais n’y participait pas, elle percevait les effluves de la mer mais ne s’y rendait pas… Elle était simplement allongée sur le sol froid de son antre, fixant sans les voir ses pattes ravagées par ses crocs. Puis, comme guidée par des fils invisibles elle se leva et sortit. Dehors, elle sentit les regards s’accrocher à sa fourrure et la suivre mais elle s’en fichait. Elle agita violemment la queue, leur donnant l’ordre de repartir à leur occupation. Elle passa la tête dans la tanière des guerriers mais ne trouva pas ce qu’elle cherchait. Soupirant, elle sortit du camp, toujours sans un regard pour les autres félins. Elle ne prêta pas attention à la mer, ni au vent, ni au sable doux sous ses pattes, elle ne se laissa pas envahir par la nostalgie comme souvent. Elle continua d’avancer, insensible à tout même à la douleur fulgurante émanant de ces pattes. L’odeur était fraiche, facile à suivre. Les traces n’étaient pas encore effacées par le vent. Elle avait voulu parler à Flamme Sauvage des patrouilles mais celle-ci était partie. Et Etoile d’Aurore savait parfaitement où. Elle n’avait pas fait attention au depart précipité de Nuage de Bulle, elle pensait simplement que la petite avait besoin de prendre un peu de distance. Elle n’était pas née ici, elle s’était peut être sentie oppressée. Mais la lieutenant rousse s’inquiétait fort la petite novice. Lasse d’attendre elle avait dû partir à sa recherche. Elle suivit la lieutenante un moment jusqu’au arbres qui bordaient la frontière. Elle allait à l’aveugle. Son cerveau embrouillé ne lui permettait pas de tracer un itinéraire dans sa tête si bien qu’elle ne savait pas du tout où elle était. Quelque part près de la frontière du Clan de la Terre. Aaaah… le Clan de la Terre. La réponse de son esprit fut immediate. Une décharge mentale la traversa de part en part si violente qu’elle ne put retenir un gémissement de douleur. C’était douloureux insupportable. Y penser faisait mal, la correction instantanée encore plus. Mais une part en elle ne fléchissait pas. Au fond, lui aussi elle le haïssait. Quand elle sentit l’odeur de son amie plus proche, qu’elle entendit sa voix, elle sortit des fourrés et sans dire un mot, se plaça à côté d’elle, comme si elle était censée être là. Flamme Sauvage, en ce moment, faisait bien plus chef qu’elle, reine de la déchéance, tombée au pied de son trône. Son regard glissa sur Nuage de Bulle, minuscule, le pelage souillé les côtes apparentes. Elle ne fut pas stupéfaite par la ressemblance entre la novice et elle. Elle ne fut pas étonnée de la revoir. Elle ne fut pas émue de la retrouver.
Parce qu’elle n’était rien, rien d’autre qu’un tombeau où les sentiments mourraient avant même de naître.


« Comme une poupée de chiffon éventrée,
Comme une orpheline sans larme à verser.
Comme quelqu'un à qui on aurait enlevé son aimé. »

Bon sang Choute... Merci infiniment. ♥️

Je n'aurai jamais assez de mot pour vous dire merci. ♥ :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forum-guerredesclans.forumactif.com
avatar
Souvenir Perdu« Guerrier du clan de la Terre »
Messages : 76
Date d'inscription : 28/04/2012
Âge : 18

Feuille de Guerrier
Expérience :
400/2500  (400/2500)

MessageSujet: Re: Et ça fait mal, crois moi, une lame enfoncée loin dans mon âme. | Flamme Sauvage • Etoile d'Aurore • Souvenir Perdu   Sam 26 Avr - 10:19

Pourquoi? Pourquoi personne ne faisait rien? Pourquoi la vie continuait-elle sans que quiconque ne brise la routine alors qu'un évènement tragique s'était produit? Pourquoi aucuns chatons, aucuns guerriers, aucunes reines, aucuns anciens, ne remarquaient la disparition de l'un des leurs? Souvenir Perdu n'en pouvait plus de cette solitude. Sa lueur d'espoir, son rayon de soleil dans l'obscurité, sa seule amie, son seul réconfort ... Elle s'était envolée il y a plus d'une semaine. Et personne ne songeait à rattraper cet oiseau égaré. L'amnésique faisait les cents pas, comme tous les matins depuis sept jours, dans la poussière qui recouvrait le sol du Camp. Personne ne faisait attention à lui. Personne ne faisait attention à Nuage de Bulle. Pourquoi?

Voilà moins d'une lune désormais qu'il vivait avec eux. Et dans tous les entraînements qu'il avait reçu, ses mentors d'un jour lui clamaient haut et fort la solidarité qui unissait tous les chats d'un même Clan. Alors pourquoi personne ne partait à la recherche de la novice? Des patrouilles avaient bien été envoyé mais elles revenaient toujours les pattes vides! Nuage de Bulle n'avait tout de même pas put disparaître de la surface de la terre ... Et si ... ? Et si. Les larmes se mirent à couler sur la truffe du guerrier gris qui se réfugia sous un épais buisson, hors du campement. Lui ne connaissait pas assez le territoire pour partir à sa recherche, et il s'en voulait terriblement. Il risquait de se perdre, et personne ne viendrait jamais le chercher, parce que personne ne l'aimait, à part Nuage de Bulle ... C'était devenue le centre de son monde fragile. Il devait la retrouver!

Il bondit sur ses pattes, et déterminé, courra encore et encore, se perdant dans la diversité du territoire du Clan du Sable. Il fouilla partout. La plage, déserte. Il risqua même à s'approcher de l'eau, les pattes humides, pour vérifier qu'aucun corps ne flottait à la surface de l'étendue sombre et salée, qu'aucun corps n'était pris au piège dans les rochers. Il fut presque soulagé de ne rien découvrir, à part des moules noires qui s'accrochaient tant bien que mal sur la surface dur des gros cailloux. Il escalada les falaises. Il vérifia dans chaque buisson, dans chaque arbre. Partout. Il ratissa petit à petit le territoire qu'il ne connaissait pas, ou qu'il ne connaissait plus. Peut-être un jour avait-il appartenu au Clan du Sable, mais on l'avait oublié, comme on avait oublié Nuage de Bulle. Tant de questions l'assaillaient dans sa recherche haletante. Ses pattes lui faisaient mal après qu'il est bondit de pierres en pierres, qu'il les ait plongé dans un buisson d'orties. Mais peu importe, la douleur n'existait plus pour lui.

Encore et toujours, il marchait, vagabondait, errait. Et sa mémoire, qui ne remontait qu'à seulement une lune, lui infligeait des supplices, l'obligeant à se remémorer tous les bons moments passés en compagnie de celle qui lui avait sauvé la vie plus d'une fois. Par sa gentillesse et sa bonté, sa générosité et sa patiente. Il ne pouvait la perdre. Il était prêt à mourir pour elle, désormais. Car elle valait mieux que lui, il en était certain. Et valait mieux que beaucoup des chats du Sable. En devant son ami, il avait fait la promesse silencieuse de la protéger, car les amis se protègent toujours. Il la retrouverait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Nuage de Bulle« Apprentie du clan du Sable »
Messages : 593
Date d'inscription : 17/07/2012
Âge : 19

Feuille de Guerrier
Expérience :
400/2500  (400/2500)

MessageSujet: Re: Et ça fait mal, crois moi, une lame enfoncée loin dans mon âme. | Flamme Sauvage • Etoile d'Aurore • Souvenir Perdu   Ven 30 Mai - 5:18


Alors ça c'était pas bon ! Elles ne devaient pas venir aussi tôt ! Qu'est-ce qu'elles faisaient là ? Naïvement, elle avait espéré qu'on se préoccuperais surtout de l'état de la cheffe avant de venir la chercher, et vu la dégaine de celle-ci, ça n'était pas le cas, rien ne s'était arrangé, c'était même pire. Elles se ressemblaient. Aussi pitoyable l'une que l'autre. Aucune n'avaient dû faire leur toilette depuis longtemps, et la nourriture devait avoir pour elles deux un goût bien ternes, en vu de leur maigreur. C'est qui le con qu'à dit que la vie était belle hein ? Nan, la vie c'est une chienne et faut la piquer d'urgence, elle pose trop de problèmes. Entre les chagrins d'amour qui vire à la dépression nerveuse, la guerre, la mort des uns par la faute des autres, la violation d'une innocence -et pas que- faudrait revoir un peu les dictons je pense. Il est où le Clan des Étoiles dans ces cas là ? Qu'avaient-elles fait pour mériter ça ? Encore, Nuage de Bulle ne venait pas des clans, elle pouvait comprendre que les ancêtres ne l'acceptent pas, mais Etoile d'Aurore ? Elle n'avait pas bien dirigé son clan ? Tout les chefs avaient eu des punitions horribles, la mort, la séparation, le deuil... Le Clan des Etoile était-il donc si furieux ?

Les mots de sa mentor ne lui avait fait aucun effet. En fait si, ils l'avaient affolée un peu plus. Elle avait bandé ses muscles et était prête à partir, à fuir lâchement. Elle n'était qu'une lâche de toute façon. Ses iris bleues se remplirent d'eau qu'elle chassa en quelques coup de paupière, faisant tomber des larmes. Elles allaient être tellement déçues. Non, elle ne pouvait pas le leur dire. Elle s'en rendait compte. Même avec son égo et sa fierté enterrés six pieds sous terre, elle ne pouvait pas. L'image du clan en prendrait un coup, il serait la risée des autres, on penserait qu'on entraîne pas assez les apprentis, qu'ils ne savent pas se défendre, et ils en profiteraient même pour peut-être lancer une offensive. Non. Elle avait juste à faire croire qu'elle ne voulait plus être dans le clan, se faire détester, que personne ne veuille qu'elle revienne. Elle serait une traître, mais seule elle aurait ce renom. Dans sa tête, le plan se formait. Dire qu'elle n'avait été dans les clans que pour profiter de leur savoir faire, retourner ensuite à l'état sauvage parce qu'elle ne supportait plus les chats de ce clans, leur cheffe faible et la pire de toute, sa mentor. Celle qui l'avait formée, qui l'avait couverte petite, qui avait toujours été là, qu'elle adorait, lui dire que jamais elle n'aurait pu cauchemarder pire mentor, qu'elle n’apprenait pas les bonnes choses et qu'elle ne trouvait rien s’enrichissant dans cette expérience, qu'elle partait aussi pour ça. Ce devrai suffire pour que ni l'une, ni l'autre ne la retienne.

Un détail lui vint soudain à l'esprit, si dans sa vie future, de rejetée, elle voyait Souvenir Perdu, qu'est-ce qu'elle allait lui dire ? Tout lui raconter ? Elle n'en aurait pas la force, comment est-ce qu'elle pourrait le regarder un face après ça ? Elle était presque sure que l'affection qu'elle portait au matou n'était pas que de l'amitié, et si il se passait quelque chose entre eux, elle n'assumerait jamais ce que lui avait fait Loup Gris. De toute façon, il ne voudrait sûrement pas d'elle. Ce qu'il allait retrouver, ce n'était plus Nuage de Bulle, c'était un gouffre noir de désespoir et de honte, sale et repoussant. Celle qu'il connaissait, elle était joyeuse, pleine de vie, soignée, tout ça, c'était finie, elle ne pouvait plus. Alors, qu'est-ce qu'elle allait faire ? Le même cirque qu'aux chattes ? Le pouvait-elle seulement ? Une nouvelle vague de larmes coulèrent sur les joue de l'apprentie, suivant le sillon tracé par les précédentes. Minable. Misérable. Accablante. Une de ses règles d'or, ne pas montrer ses faiblesses, ne pas pleurer en public, venait de s'envoler. Tout ses principes s'étaient écroulé, comme après l'incendie, il n'y avait plus rien de bon à en tirer.

Elle devait déjà régler la situation actuelle, à savoir que les deux femelles les plus proches d'elle étaient là, sûrement décidées à la traîner au clan, de gré ou de force. Elle leva la tête en l'air pour que les larmes ne coule plus, ferma les yeux, prit une grande bouffée d'air, et fixa les deux chattes avec animosités. Elle avait juste à leur mentir.

« Moi, je ne le suis pas. Vous pouviez pas me laisser tranquille ? Pourquoi vous devez toujours être sur mon dos ? Surtout toi Flamme Sauvage ! Je suis sure que tu as traîné Etoile d'Aurore ici, dans son état, elle ne serait pas venue toute seule, elle est misérable ! Laisse-là se détruire au lieu de la poussée à refaire surface, elle fait ce qu'elle veut ! Pourquoi t'empoisonnes la vie de tout le monde ? »

Ces paroles lui arrachaient la gorge, elle avait envie de se frapper, de se faire taire, de dire aux femelles qu'elle ne pensait rien de tout ça, mais elle devait continuer, être convaincante, elles ne devaient plus essayer de la retrouver.

« JE VOUS HAIS, TOUTE LES DEUX, TOUS ! Si je suis venue dans ce clan, c'était que pour avoir une protection et à manger sans trop me fouler ! Mais je ne peux plus le supporter, les clans et leurs enfantillages débiles me mettent à bout, je veux partir. Vous avez pas pensé que si je revenais pas, j'avais une raison, que c'était volontaire ? Ou vous avez pensé que j'étais trop faible pour me défendre, c'est ça ? »

Sa voix se brisa à la fin, les larmes avaient recommencées à couler sans qu'elle s'en aperçoive. Elle regarda chacune des deux chatte furtivement. Elle essayait d'avoir un regard plein de haine, mais tout ce qu'elle donnait à voir, c'était qu'elle était désespérée et désolée. Elle se retourna avant qu'elles n'en voient plus et se jeta dans les fourrés pour disparaître. Tout droit, toujours tout droit. Elle ne devait pas s'arrêter. Et pourtant, même pas quelques queues de renard plus loin, une racine prit sa patte en otage -la fourbe- et la cloua le museau dans les feuilles. Elle n'avait même plus la force de se relever, elle n'arrivait même plus à s'arrêter de pleurer. Pitoyable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://laguerredesclans-anc.lebonforum.fr
avatar
Étoile d'Aurore« Cheffe du clan du Sable »
Messages : 3354
Date d'inscription : 20/12/2011
Âge : 19

Feuille de Guerrier
Expérience :
1530/2500  (1530/2500)

MessageSujet: Re: Et ça fait mal, crois moi, une lame enfoncée loin dans mon âme. | Flamme Sauvage • Etoile d'Aurore • Souvenir Perdu   Mar 3 Juin - 12:53

Elle garde le regard rivé sur la novice mais de toute évidence elle ne la voit pas. Elle sait que c'est Nuage de Bulle, qu'ils l'ont retrouvé mais elle n'arrive pas à faire le lien. Le fait qu'elle soit saine et sauve, tout ça lui passe au dessus de la tête. Elle n'arrive plus à mettre les choses en relation. Sa tête est étrangement vide et elle se sent soudain fatiguée, éreintée, exténuée comme si elle venait de livrer une longue bataille. Tout dans son crâne est flou, tout autour d'elle tangue comme si le monde n'est pas droit. Et en vérité c'est le cas. Le monde, son monde, est complétement sens-dessus dessous. Tout est retourné, inversés, rien n'a de sens, rien n'a de couleur. Tout est noir, sombre. Elle entend des cris, ses cris qui lui vrillent les oreilles. Elle a mal, au coeur, qui se fait encore déchirer par crocs, broyer par des cailloux énormes. Son un étau lui serre le crâne et elle ne comprend plus rien. Les couleurs qui sont autour d'elles sont trop contrastées par rapport aux siennes, elle a mal au yeux, elle se sent lasse... Mais qu'est-elle devenue ?

« - Moi, je ne le suis pas. Vous pouviez pas me laisser tranquille ? Pourquoi vous devez toujours être sur mon dos ? Surtout toi Flamme Sauvage ! Je suis sure que tu as traîné Etoile d'Aurore ici, dans son état, elle ne serait pas venue toute seule, elle est misérable ! Laisse-là se détruire au lieu de la poussée à refaire surface, elle fait ce qu'elle veut ! Pourquoi t'empoisonnes la vie de tout le monde ? »

Elle entend ces paroles, elle voit les lèvres de Nuage de Bulle bouger mais ne fait toujours pas le lien ? On parle d'elle ? Vraiment ? Elle se détruit ? Oui c'est vrai, elle en a conscience. Elle sait que si elle continue ainsi, sa fin est proche. Elle sait aussi qu'elle est en train de se consumer elle-même, comme si elle se servait d'un pouvoir qui la tuait à petit feu. Mais elle n'a pas de pouvoir, rien de surnaturel qui pourrait l'aider à revivre. Elle n'a rien, plus rien et c'est bien ça le problème. Qu'est-elle aujourd'hui si ce n'est un cadavre, une pierre froide, une carapace sans âme ni esprit à l'intérieur ? Où va-t-elle si ce n'est dans les abysses profondes de sa propre âme, dans les ténèbres toujours plus intenses des méandres de la haine qui la ronge comme un acide. Son coeur est mort, ses émotions aussi. Seul reste son corps et son cerveau, son cerveau trop las pour encore trouver la force se battre. Elle s'en doute, se relever prendra du temps. Peut être même beaucoup plus de temps que ce qu'elle n'a imaginé. Peut être même qu'elle n'arrivera jamais à se relever. Vu son état actuel c'est plus que probable, quasiment sûr.

« - JE VOUS HAIS, TOUTE LES DEUX, TOUS ! Si je suis venue dans ce clan, c'était que pour avoir une protection et à manger sans trop me fouler ! Mais je ne peux plus le supporter, les clans et leurs enfantillages débiles me mettent à bout, je veux partir. Vous avez pas pensé que si je revenais pas, j'avais une raison, que c'était volontaire ? Ou vous avez pensé que j'étais trop faible pour me défendre, c'est ça ? »

Leur enfantillage... Sans vraiment le savoir Nuage de Bulle a raison. Les histoires des clans, vus par n'importe quel solitaire, sont strictement ridicules. Tous devraient avoir honte et se cacher plutôt que de tenter d’exposer leur soit-disant force. Tous sont plus ridicules les uns que les autres. Ah comme elle aimerait partir, quitter ces arbres si bien connus pour découvrir le monde au delà des quatre chênes, au delà des Hautes Pierres. Allez voir ailleurs si elle peut y trouver le bonheur. Un bruissement de fougère et un bruit de course l'informe de Nuage de Bulle vient de s'enfuir. Le vent se met à souffler, apportant aux deux guerrières - mais il faut dire qu'Etoile d'Aurore a complètement oublié la présence de Flamme Sauvage - les relents de peur de la novice. Son odeur est différente, le Sable commence a y disparaître, mais ce n'est pas ça... Il y a autre chose, très ténu et totalement imperceptible pour ceux qui ne la connaisse pas, quelque chose qu'elle connaît qui lui donne un haut le coeur. Cette odeur lui broie les entrailles, et la déchirure qu'elle a déjà ressenti, la douleur aiguë donnant l'impression qu'on meut la secoue. Non... impossible...

Comme retrouvant un élan de force la cheffe s'élance vers les ronces où a disparu la novice. Sans réfléchir elle s'enfonce à l'intérieur, donnant des coups d'épaule pour écarter la brèche. Les épines s'accrochent à son pelage, à la chair à vif de ses pattes mais elle n'en a que faire. Les oreilles plaquées sur son crâne elle avance, comme tirée de force par un fil invisible. Dans son crâne une lueur s'allume. Ca curiosité est piquée, pour la première fois depuis longtemps. Elle veut comprendre, elle est désappointée. Alors ce serait ça la source, la cause du changement de comportement de la novice ? Cherche-t-elle à fuir pour se protéger ? Elle faillit trébucher sur la boule de poil crème, étendue au sol. Dans un dérapage contrôlée, soulevant une nuée de feuille elle s'arrête juste derrière elle. Elle la parcourt du regard pendant quelques secondes, contemplant distraitement ses côtes se soulever de manière incontrôlée. Elle a l'étrange impression de se voir elle même apprentie. Mais elle ne pleurait pas pour les mêmes raisons. Laquelle est la plus valable ? Elle n'en savait rien. S'approchant du visage de l'apprentie, soufflant doucement sur son museau elle lui demande, le regard opaque de la douleur qui lui vrille toujours le crâne :

« - Dis-moi Nuage de Bulle... Qui est le père de tes petits ? »

| C'TE REFERENCE A PANDORA HEARTS POPOPOOOOOOOOOOOOOO ! 8D |


« Comme une poupée de chiffon éventrée,
Comme une orpheline sans larme à verser.
Comme quelqu'un à qui on aurait enlevé son aimé. »

Bon sang Choute... Merci infiniment. ♥️

Je n'aurai jamais assez de mot pour vous dire merci. ♥ :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forum-guerredesclans.forumactif.com
avatar
Flamme Sauvage« Lieutenante du clan du Sable »
Messages : 2672
Date d'inscription : 30/06/2012
Âge : 20

Feuille de Guerrier
Expérience :
909/2500  (909/2500)

MessageSujet: Re: Et ça fait mal, crois moi, une lame enfoncée loin dans mon âme. | Flamme Sauvage • Etoile d'Aurore • Souvenir Perdu   Mer 18 Juin - 16:47


Je ne reçus aucune réponse. Cependant, je ne m'en formalisa pas pour autant, je m'attendais à cette absence de réaction, qui me confortait dans l'idée que ma novice allait mal, très mal. Mais à quel point ? Une odeur nouvelle, autre que celle prenante de la peur de Nuage de Bulle, m'emplit les narines. Elle fut rapidement suivie par de faibles bruits de coussinets, pour finalement laisser voir la silhouette famélique d'Etoile d'Aurore. Elle m'avait donc suivie ? Dans son état ? Avec une pointe d'inquiétude, je me dis que j'aurais peut-être mieux fait d'en discuter avec elle au lieu de foncer tête baissée aussi précipitamment... Mais non, au contraire, je n'aurais fait que l'inquiéter plus qu'elle ne pouvait le supporter ! D'un imperceptible mouvement des moustaches, je chassai ses pensées superflus pour le moment. D'une manière ou d'une autre, elle était là, et elle s'était sûrement inquiétée malgré tout.
Le silence finit par s'installer, un peu trop longtemps pour que je le supporte encore. J'ouvris la gueule pour ajouter quelque chose, quand je vis enfin le corps frêle de mon apprenti sortir des fourrés. Son regard nous envoyait toute la haine dont il était capable, c'est-à-dire pas grand chose de concret. Ses grands yeux bleus étaient encore humide. Je ne savais pas qui elle était en train d'essayer de tromper, mais ça n'allait pas fonctionner avec moi, sûrement pas. Ni avec Etoile d'Aurore d'ailleurs, aussi mal en point qu'elle était.

- Moi, je ne le suis pas. Vous pouviez pas me laisser tranquille ? Pourquoi vous devez toujours être sur mon dos ? Surtout toi Flamme Sauvage ! Je suis sure que tu as traîné Etoile d'Aurore ici, dans son état, elle ne serait pas venue toute seule, elle est misérable ! Laisse-là se détruire au lieu de la poussée à refaire surface, elle fait ce qu'elle veut ! Pourquoi t'empoisonnes la vie de tout le monde ?

En temps normal, elle n'aurait pas fait la moitié de sa tirade sans que je ne lui envoie un bon coup de patte rageur. Mais là, visiblement, la patience m'avait rendu visite. Je restai simplement là, sans bouger, aux côtés de ma meneuse, attendant que Nuage de Bulle se calme et finisse de débiter ses absurdités apprises par coeur.

-  JE VOUS HAIS, TOUTES LES DEUX, TOUS ! Si je suis venue dans ce clan, c'était que pour avoir une protection et à manger sans trop me fouler ! Mais je ne peux plus le supporter, les clans et leurs enfantillages débiles me mettent à bout, je veux partir. Vous avez pas pensé que si je revenais pas, j'avais une raison, que c'était volontaire ? Ou vous avez pensé que j'étais trop faible pour me défendre, c'est ça ?

Et c'est qu'elle en avait encore pas mal en réserve. Ca a de l'imagination quand ça veut ces jeunes. Mais pour sortir la vérité, généralement y a plus personne. Mon air stoïque avait laissé la place à une expression mi-surprise mi-sceptique. Cependant, ce n'était pas du tout la surprise "Alors c'est ça qu'elle pense vraiment de moi", mais plutôt "Elle espère vraiment me faire gober ça ?". Elle était née 100 ans trop tard pour avoir le moindre espoir que sa petite combine arrive à ses fins. Sa voix tremblait, et elle n'avait même pas réussi à terminer sa tirade sans qu'un sanglot ne la fasse taire. Sa pseudo-haine n'était qu'un désespoir profond. J'avais au moins une satisfaction : mon apprentie ne savait pas mentir. Va falloir la féliciter pour ça.
Finalement, Nuage de Bulle fit volte-face, et s'enfonça dans les fourrés aussi rapidement que son corps fatigué le lui permettait. Et maintenant, elle prenait la fuite, dans son état, avec une des guerrières les plus rapides du Clan qui allait sans doute lui courir après ? Vraiment, son mal-être devait être terrible pour ne plus raisonner rationnellement.
Cependant, avant que je n'aie pu bouger une patte pour m'élancer à mon tour, la silhouette d'Etoile d'Aurore passa comme une flèche devant moi. Ca, c'était bien la dernière chose à laquelle j'aurais pensé. Quelque chose n'allait décidément pas, et cela concernait à présent ma meneuse aussi. Bien déterminée à faire la lumière sur ce mystère, je m'enfonçai à mon tour dans les fourrés.
Les épines s'accrochaient obstinément à ma fourrure, et quelques touffes de poils y restèrent prisonnières. Mais je n'en avais que faire. Tout ce que j'avais à l'esprit, c'était de courir, courir pour rattraper les deux félines parties devant moi. Il ne me fallut pas longtemps pour me trouver aux côtés de ma chef, et à apercevoir dans mon champ de vision mon apprentie, au sol, la patte sur une racine. Tendrement, Etoile d'Aurore s'approcha de la novice ravagée par le désespoir, et lui souffla doucement :

- Dis-moi Nuage de Bulle... Qui est le père de tes petits ?

Il me fallut quelques secondes pour assimiler l'information. Ses... petits ? J'avais l'impression d'être face à un puzzle complexe, où deux parties étaient résolues, mais dont j'étais incapable de raccrocher entre elles. Tout ce que je pouvais faire, c'était d'attendre la réponse de Nuage de Bulle... Mais allait-elle répondre ? Ou allait-elle s'enfuir comme précédemment ? Sans un bruit, je m'approchais des deux chattes, et posa ma truffe sur le sommet du crâne de ma novice, pour l'encourager à se confier à nous, à libérer son coeurs de ses profonds ténèbres.



Délire:
 

Cadeaux:
 

Ca, c'est moi et anaki. Devinez qui est qui 8D:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Nuage de Bulle« Apprentie du clan du Sable »
Messages : 593
Date d'inscription : 17/07/2012
Âge : 19

Feuille de Guerrier
Expérience :
400/2500  (400/2500)

MessageSujet: Re: Et ça fait mal, crois moi, une lame enfoncée loin dans mon âme. | Flamme Sauvage • Etoile d'Aurore • Souvenir Perdu   Mar 5 Aoû - 9:43


L... Le père ? Le père... Pour qu'il y est un père, il aurait fallu qu'il y est des gosses. Et parmi tout ce qu'elle avait cogité ce quart de lune, elle voulait réfuter cette théorie. Non, elle ne serait pas mère. Pas maintenant, pas déjà... Elle avait tellement de choses à faire, à commencer par finir son entraînement... Non, elle avait vraiment voulu oublier ce fait, elle ne POUVAIT tout simplement pas avoir de petits. Et si elle revenait au camp comme ça ? Elle aurait la honte de sa vie. Tout le monde saurait qu'elle n'avait pas réussi à se défendre, qu'elle était faible. On imaginerait peut-être même qu'elle avait inventé toute une histoire pour protéger une liaison secrète avec un chat d'un autre clan. Rien que l'idée de tout ces chats en train de profiler des commérages lui donnaient la gerbe. Pourtant, il y a encore une demi-lune, elle aurait fait confiance à son clan, elle ne les aurait pas soupçonné comme ça, ils avaient fini par l'accepter, mais maintenant, plus aucun chat n'aurait la confiance de Nuage de Bulle. Plus aucun... Sauf... Non, pourquoi elle pourrait lui faire confiance ? Comment pouvait-elle être sure à l'avance qu'il réagirait bien à cette nouvelle ? Elle préférait s'imaginer que non, au moins, elle ne serait pas déçue. Donc... Non, plus de confiance, elle était sure de moins souffrir sans.

Mais quoi ? Elle allait se retourner vers sa cheffe ? Lui dire qu'elle ne racontait que des bêtises et repartir ? Même si les deux étaient dans le même état, aucun doutes qu'Etoile d'Aurore la rattraperait, sans parler de Flamme Sauvage au aguets derrières. Quelle situation de merde, clairement. Maintenant, si elles lui proposaient de rejoindre le clan, ce serait par pure pitié. C'était bien la dernière chose qu'elle voulait, la pitié des chats, la pitié de se deux chattes qu'elle avait admirées. Elle resta couchée sur le sol, comme un chaton qui fait un caprice et qui ne veut pas bouger tant qu'on ne lui aura pas dit ce qu'elle veut entendre. Et elle ne voulait rien entendre à part des bruits de pas qui s'éloigne d'elle. Les larmes coulaient à flot sur ses joues et mouillaient la terre sous sa tête. Elle était bloquée, elle devait répondre, elle ne pouvait pas rester silencieuse, Etoile d'Aurore était toujours sa cheffe, et le Code du Guerrier, ou au minimum le respect l'obligeait à lui répondre, même si elle n'en avait absolument pas envie. Entre deux sanglots, elle ferma les yeux et essaya d'articuler à peu près correctement :


« Je.. Je ne vois pas... De quoi tu parles... »


Retour des larmes, sauf que cette fois, elle n'essayait plus de les empêcher. Son corps n'était plus tendu, elle se sentait sans énergie et elle était sure de ressembler à un cadavre si ses cotes ne se soulevaient pas à chaque respiration qu'elle prenait, aussi douloureuses étaient-elles.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://laguerredesclans-anc.lebonforum.fr
avatar
Étoile d'Aurore« Cheffe du clan du Sable »
Messages : 3354
Date d'inscription : 20/12/2011
Âge : 19

Feuille de Guerrier
Expérience :
1530/2500  (1530/2500)

MessageSujet: Re: Et ça fait mal, crois moi, une lame enfoncée loin dans mon âme. | Flamme Sauvage • Etoile d'Aurore • Souvenir Perdu   Mer 5 Nov - 17:14

Elle choisit de faire celle qui ne comprend pas. Pourtant, de par la terrer que je vois dans ses yeux je sais qu'au fond d'elle même elle s'en doutait et que plus que tout elle le redoutait. Je me perds dans ses prunelles azures. Elle a peur, tout comme moi j'ai peur. Tellement peur que je la fixe ainsi un long moment le visage vide d'émotions mais les yeux tels un brasier inépuisable, appelant à l'aide en silence. Ma gueule s'ouvre dans un gémissement muet, long et douloureux. Tout mon corps me fait souffrir comme après une rude bataille.
Finalement je détourne le regard, mettant fin à cette détresse insoutenable, mes yeux reprennent leurs allures de tombeau. Toujours aussi lasse, je retiens un soupir. Ce long voyage, cette course m'ont puisé le peu de force que j'avais. Je n'aurais même plus la force de rentrer au Camp. Puisant dans mes réserves pour tenir sur mes pattes j'essaye de réfléchir clairement. Peut être qu'il ne s'est vraiment rien passé et que cette foutue odeur est le fruit de mon imagination. Mais sa peur, que dis-je, sa terreur, son absence et son comportement me poussent à penser le contraire. Mais pourquoi la jeune apprentie aurait voulu des chatons ? Pourquoi si jeune ? Je n'avais jamais vu ça de ma vie entière. Et surtout, pourquoi a-t-elle si peur ? Dans ma tête, quelque chose cloche, il me manque un élément pour tout saisir mais lequel ? C'est ce qui faut que je demande. Mais je suis étonnement inquiète de la réponse.

« Nuage de Bulle, tu sais qu'aucune de nous ici ne te jugeras. Tu ne nous faire confiance, tu le sais. Nous avons besoin de savoir... » Je réfléchis quelques secondes à comment la mettre en confiance, à comment la convaincre. « Nous ne voulons que t'aider. Et après nous avons côtoyer aussi longtemps, tu devrais le savoir. » Penser ainsi à elle me permet d'oublier mes propres malheurs. Ce sentiment d'abandon est bien plus agréable que ce que j'aurais pu imaginer. « Si quelqu'un t'as blessée, t'as malmenée, dit le moi. Personne n'a le droit de poser une griffe sur toi. » Je me rapproche à nouveau d'elle, frémissante, hésitante, ma voix devenant de plus en plus douce au fur et à mesure de mes propos. « Nuage de Bulle, dis moi pourquoi tu pleures ? »

| Désolée d'avoir mis autant de temps à pondre cette merde. |


« Comme une poupée de chiffon éventrée,
Comme une orpheline sans larme à verser.
Comme quelqu'un à qui on aurait enlevé son aimé. »

Bon sang Choute... Merci infiniment. ♥️

Je n'aurai jamais assez de mot pour vous dire merci. ♥ :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forum-guerredesclans.forumactif.com

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Et ça fait mal, crois moi, une lame enfoncée loin dans mon âme. | Flamme Sauvage • Etoile d'Aurore • Souvenir Perdu   

Revenir en haut Aller en bas
 

Et ça fait mal, crois moi, une lame enfoncée loin dans mon âme. | Flamme Sauvage • Etoile d'Aurore • Souvenir Perdu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Comme un mauvais rêve
» A la jeunesse de mon pays
» Parc de Loutry Ste Chaspoule
» Rendez-vous au fond de la forêt
» Situation de la Grande-Anse

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wars Melodies :: Clan de la Terre-